Publié : 24.10.2021, mis à jour: 24.10.2021 à 12:16

Projet ANR Les Mille et une nuits

Sources et Fonctions dans l’Islam Médiéval Arabe (2012-2016)

Miniature persane des Mille et une nuits

Miniature persane des Mille et une nuits. Sani ol-Molk (1814-1866) Source : Wikimedia Commons

Texte

Les Mille et une nuits représentent, après le Coran, le livre le plus remarquable de l’islam médiéval, le plus complexe sur les plans culturel et idéologique, le plus influent aussi. Elles ont marqué la littérature et le cinéma du monde. Elles sont, à partir du XVIIIe siècle, au cœur de l’orientalisme. Cependant, en dépit des travaux réalisés ces trente dernières années, des aspects fondamentaux des Nuits demeurent inconnus : leurs sources et leurs fonctions premières. La majorité des manuscrits des Nuits est en effet inédite (à environ 85%), sans parler des manuscrits analogues. Et pour les contes édités, il existe peu de moyens pour savoir si le texte dont on dispose est complet ou lacunaire, libre ou censuré et, plus généralement, de quel mouvement littéraire, idéologique ou artistique il relevait à l’origine. Nous savons par certains échantillons en circulation combien cette littérature s’opposait aux normes habituelles du monde médiéval, ne serait-ce que par la figure de Shahrazâd. Or de nombreux personnages de ce genre dorment encore dans les manuscrits. C’est d’un véritable mouvement littéraire qu’il s’agit, et c’est un pan entier d’un autre islam, comme civilisation, qui est concerné par ces textes. Leur publication apportera un éclairage nouveau, en termes de diversité, de créativité, d’une plus grande liberté de penser et de concevoir. L’objectif du projet MSFIMA est de créer une base de données qui réunit les sources des Mille et une nuits et les textes analogues, en somme l’ensemble d’une littérature médiane inédite, ainsi que les variantes populaires et savantes, puis de proposer une interprétation de ce nouveau corpus en relation avec la société de l’islam médiéval arabe, au sens où il y est fait usage de la langue arabe : quelles étaient les fonctions de cette littérature ? Quelles leçons et quelles visions du monde induisait-elle ?