Rencontres autour du livre 2012-2013

Organisateur(s) :BULAC

Les acteurs des métiers du livre (écrivains, éditeurs, illustrateurs…) dévoilent leurs savoir et savoir-faire.

Bibliothèques Sans Frontières

Pierre Duyckaerts / BSF 2010

Quand : 25 janvier 2012 – 13 juin 2013 Où : Auditorium du Pôle des langues et civilisations

Rencontre avec Andreï Kourkov. Discussion autour du Jardinier d’Otchakov

Organisateur(s) :BULAC
Andreï Kourkov

Andreï Kourkov.

Andreï Kourkov est de passage à Paris à l'occasion de la parution de son nouveau roman le Jardinier d'Otchakov aux éditions Lian Levi. C'est Christine Mestre, directrice du prix Russophonie et des Journées du livre russe, qui s'entretiendra avec celui qui est considéré aujourd'hui comme l'un des plus grands écrivains ukrainiens vivants. En partenariat avec l'association France Oural.

Le Jardinier d'Otchakov (4e de couverture de l'éditeur)

Texte

Le rouble soviétique, le premier Spoutnik, Nikita Khrouchtchev... Pour Igor, tout ça, c'est de l'histoire ancienne. La trentaine débonnaire, il vit avec sa mère dans la banlieue de Kiev et préfère la perspective d'une soirée entre copains à celle d'un boulot ou d'un mariage. Le passé pourtant vient toquer à sa porte sous les traits d'un vagabond tatoué qui, en échange d'un lit de fortune, propose de s'acquitter des travaux de jardinage. Commence alors pour Igor une folle aventure où un vieil uniforme de milicien, sitôt enfilé, lui permet de franchir l'espace et le temps pour se retrouver dans la petite ville d'Otchakov, au bord de la mer Noire, en l'an 1957. Passé les premiers moments de doute sur sa santé mentale, Igor découvrira, outre les mœurs des bandits des années 50 et les charmes d'une poissonnière rousse, que l'histoire change de taille en fonction de qui cherche à l'endosser. Et qu'il n'est pas besoin d'être jardinier pour cultiver sa vraie nature. Traduit du russe par Paul Lequesne. 336 p. Éditions Liana Levi.

Les talents multiples d’Andrei Kourkov
Texte

L’œuvre d’Andreï Kourkov est une merveilleuse introduction à l’Ukraine contemporaine. Cet écrivain majeur est un cosmopolite convaincu qui revendique le fait d’écrire en russe, sa langue maternelle. Il participera à plusieurs conférences dans le cadre du Salon du livre de Paris.

Homme à la biographie cosmopolite et aux talents multiples, Andreï Kourkov (Андрей Курков) est certainement l’écrivain ukrainien vivant le plus connu dans le monde.

Comme tout un chacun, nous l’avons découvert à la BULAC avec la traduction française du Pingouin (2000). On retrouvait dans ce roman l’atmosphère caractéristique des littératures passées par l’expérience soviétique, mélange de cocasserie et d’ironie sarcastique, d’autodérision et de mélancolie existentielle. Kourkov déployait aussi des talents de scénariste dans L’Ami du défunt (1997), qui met en scène les tribulations d’un suicidaire ne voulant plus mourir après avoir conclu un accord avec la mafia pour se faire tuer. Cette année, avec Laitier de nuit, l’auteur trace, là encore au travers de personnages burlesques et touchants, son portrait de l’Ukraine : un pays jeune et vieux à la fois, débordant de vitalité, à la pauvreté engluée dans une corruption héréditaire.

Pour le public de la BULAC, Andreï Kourkov est une merveilleuse introduction à l’étude de l’Ukraine contemporaine, dans toute sa complexité linguistique et politique. Cosmopolite, ouvert au monde, il a choisi, après avoir été traducteur de japonais et vécu plusieurs années en Grande-Bretagne, de venir vivre à Kiev, où il a pris une part active à la Révolution orange. Citoyen ukrainien né à Saint-Pétersbourg, il revendique le fait d’écrire en russe, sa langue maternelle, soutenant que celle-ci est la seule langue de communication entre les peuples d’Europe orientale. Il est aujourd’hui traduit dans une vingtaine de langues, dont bien sûr l’ukrainien. Vous trouverez dans le fonds de la BULAC, ses textes en russe et leur traduction française.

Françoise Hours, chef du département politique et développement documentaires

Nos intervenants

Andreï Kourkov
Andreï Kourkov

Andreï Kourkov est né en Russie en 1961 et vit à Kiev. Très doué pour les langues (il en parle neuf), il débute sa carrière littéraire pendant son service militaire alors qu’il est gardien de prison à Odessa... Son premier roman, Le Pingouin, remporte un succès international. Son œuvre est aujourd’hui traduite en 32 langues.